Cliquer ici pour voir un plus large extrait...

Vous n’entendrez qu’une partie du texte original1 d’Aucassin et Nicolette. C’est une chantefable écrite en langue d’oïl de belle façon vers le XIIIe siècle, inspirée entre autres par des motifs issus de traditions orales plus anciennes. Parodiant gentiment le genre chevaleresque, elle alterne les laisses chantées de mode trochaïque2 et les laisses contées. En voici un bref résumé :

Le Comte Garin de Beaucaire3 voudrait bien que son fils Aucassin participe à la guerre qui ravage le pays mais celui-ci ne pense qu’à Nicolette. On enferme alors celle-ci. Aucassin, à la condition de la revoir, accepte la bataille et s’y déchaîne. Le Comte Garin ne tient pas sa promesse et devant l’obstination de son fils, l’enferme. Nicolette s’échappe et l’annonce à Aucassin emprisonné. Puis elle saute les remparts et s’enfuit dans la forêt, où elle rencontre les petits bergers. Au château, le Comte Garin libère Aucassin qui va se promener dans la forêt, où il apprend des petits bergers que Nicolette s’y trouve. Tout à sa recherche, il croise un bouvier qui a perdu son bœuf. Il s’éloigne de lui, trouve une hutte qu’il devine construite par Nicolette. Il s’y repose, blessé lors d’une chute de cheval. Nicolette arrive et le guérit. Ils voyagent, sont pris par une tempête. Ils se retrouvent à Torelore où tout est à l’envers, puis sont enlevés et séparés : Aucassin se retrouve à Beaucaire où son père est mort, et Nicolette à Carthage, son pays natal, d’où, déguisée en jongleur, elle s’échappe pour rejoindre Beaucaire. Elle se dévoile à Aucassin ; il la prend pour femme « et ils s’abandonnent à leur plaisir ».

 

 

 

2 Mesure rythmique : une longue, une brève.
Voir la partition.

3 Voir le château de Beaucaire.

Texte intégral : bibliographie

  • GF Flamamarion traduit par Dufournet (format de poche) (texte original et traduction en français moderne)
  • Collection HONORE CHAMPION (rouge et blanc) traduit par G.Cohen (1986, Paris)
  • Collection HONORE CHAMPION (gris) édité par Mario Roques, 1982 texte en vieux français (oil)

 


Retour à la page d’accueil

Un mot du compositeur - L’histoire - La distribution - Ils en ont parlé - Calendrier et photos - Conditions techniques - Écouter un extrait - Écrire au compositeur